Glacier du Trient
© Photo de Martin Volorio
Glacier du Trient

Le sentier des gorges mystérieuses

De Tête-Noire (1204 m), le chemin conduit aux Gorges Mystérieuses (25 min), amène le touriste à Finhaut (1 h 30), au Trouleyro (45 min) ou bien permet le retour au point de départ (1 h). Long de 1080 m jusqu'au pont sur l'Eau-Noire (943 m) ou le pont sur le Trient, le chemin traverse d'anciens prés avant d'arriver à une barre rocheuse franchie à l'aide de quatre échelles en bois de mélèze, suivies d'escaliers en pierre, de murets, de plates-formes avant de descendre en forêt pour arriver à la galerie (25 min). 120 m de passerelles vous conduisent au fond de la gorge, surplombant la rivière et permettant de dominer la Grotte aux Nymphes.

Histoire des Gorges Mystérieuses

En août 1883, un touriste, invité par le propriétaire de l'hôtel, Valentin Gay-Crosier, visite le belvédère à 50 m de l'hôtel. Devant l'intérêt de son hôte, il lui fait voir le Pont mystérieux du Gouffre de la Tête-Noire, au fond d'une gorge resserrée elle-même, entre deux rochers perpendiculaires.

De nombreuses cascades se précipitent les unes sur les autres pour tomber dans un petit lac avant de se perdre dans un gouffre de plus de cinquante mètres de profondeur.

Le 24 juillet 1884, le sentier des gorges est inauguré et fait la joie de nombreux touristes.

La même année, le 6 août, la découverte du Temple des Nymphes, une vaste grotte de quarante à cinquante pieds de diamètre sur cent cinquante de profondeur va faire des gorges de la Tête-Noire une des curiosité des plus célèbres de Suisse.

Tête-Noire et son hôtel

Tête-Noire est un pied-à-terre étrangement posé. Au milieu des escarpements formidables qui se dressent de tous côtés, la nature semble avoir aménagé tout exprès un petit plateau légèrement incliné, pour y asseoir un des hôtel alpins les mieux connus et les plus fréquentés de l'Europe du 19è siècle.

L'auberge de 1834, recensée en 1836 sous le nom de l'Hôtel de la Couronne, est agrandie vers 1850 et devient l'Hôtel de Tête-Noire. Un passage obligé où il n'est pas rare de voir, à midi, une cinquantaine de voitures, car là, les voyageurs changent d'attelages pour poursuivre vers Chamonix ou Martigny / Zermatt. Activité très intense jusqu'en 1910.

La construction de la ligne de chemin de fer Martigny - Châtelard en 1906, la première guerre mondiale puis la seconde, mettent un terme à l'exploitation en 1964. De l'hôtel incendié dans la nuit du 5 au 6 février 1974, il ne reste plus aucune trace.